Casais lance une Académie pour construire des personnes

« 60 ans d’histoire dans une entreprise de construction familiale qui a traversé les pires années. »

Y a-t-il un secret pour maintenir une entreprise de construction pendant toutes ces années ?
Nous sommes une entreprise familiale, ce qui est parfois un inconvénient, mais si elle est bien gérée, la relation entreprise/famille peut être positive. Quand on a un historique, il y a des statistiques à analyser et ce que l’on voit, c’est que ces entreprises en période de croissance ne sont pas celles qui croissent le plus, mais en période de crise ce ne sont pas non plus celles qui cassent le plus. Peut-être parce qu’ils sont plus conservateurs, ils parviennent à avoir une manière d’être plus modérée mais plus cohérente.

Se sont-ils totalement remis de la crise ?
En 2008, lorsque la crise est arrivée, c’est à ce moment-là que nous nous sommes tournés vers l’intérieur. Nous sommes très clairs sur les régions où nous ne pouvons pas avoir d’avantage concurrentiel, par exemple l’Europe de l’Est, mais l’Europe fait partie de notre écosystème : nous apprenons dans les pays développés et exportons ces connaissances vers les pays en développement. Si l’on compare la période actuelle à la précédente, en 2008, nous avons facturé quatre fois plus au Portugal, mais globalement, nous sommes meilleurs. L’année 2011 a été la pire, mais en 2012, nous sommes passés de 60 à 160 millions d’euros d’activité internationale (actuellement, environ 70 % du chiffre d’affaires du groupe est international), grâce au travail qui venait déjà de l’arrière.

Qu’est-ce qui les distingue ?
Avec la crise, nous avons quitté ce qui n’avait rien à voir avec la construction. Aujourd’hui, nous avons trois domaines – ingénierie/construction ; spécialités/industrie et développement/gestion des actifs et nous travaillons beaucoup avec des partenaires. C’est un élément distinctif.

Casais est-il intéressé par la construction du nouvel aéroport ?
Nous aimerions beaucoup participer, dans le domaine des bâtiments terminaux, par exemple. Nous l’avons déjà fait à Gibraltar et dans certaines régions de Belgique.

Y a-t-il un domaine dans lequel vous voulez vous développer davantage ?
Nous voulons nous développer beaucoup du côté de l’industrie.

N’ont-ils jamais fait des pas plus grands que leurs jambes ?
Dans un sens, non. Nous ne sommes entrés que récemment dans le secteur public, mais toujours avec prudence. ce qui nous motive n’est pas de faire beaucoup d’argent et d’être le plus grand. Nous voulons être durables. Une référence de solidité et de connaissance.

Lisez le rapport complet dans l’édition mensuelle du magazine Exame.
Texte : Alda Martins
Photos : Lucília Monteiro

Newsletter

Subscreva a nossa newsletter e fique sempre a par de todas as novidades

Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter et suivez toutes nos actualités.

Formulário de dúvidas e denúncias

É importante para o Grupo Casais, conhecer as suas sugestões e reclamações, de forma a garantir que podemos melhorar continuamente.

Como colaborador, colaborador de um nosso parceiros, parte interessada ou testemunha pode denunciar situações de forma anónima, submeter informação sobre situações condenáveis ou denunciar ações ilegais, que violem políticas internas e/ou o nosso código de conduta de fornecedores.

As denúncias podem ser efetuadas de forma confidencial, indicando o nome e as informações de contacto ou, se quiser, de forma 100% anónima, deixando os campos em branco. Todas as denúncias serão tratadas de forma segura e confidencial.